Vous êtes ici / respirer / Vivre « en apnée »

Quelquefois, on se surprend à vivre « en apnée »

Qu’est-ce qui peut, ainsi, réduire notre respiration ?

1. La concentration

Il est amusant d’observer comment pour se concentrer, pour effectuer une tâche minutieuse, spontanément, on diminue ou même on suspend sa respiration (un certain temps…).

Durant nos séances de yoga, nous nous exerçons à nous concentrer en conservant la détente et une respiration profonde.

2. Le stress

Notre respiration varie selon notre état émotionnel et l’exprime.

Quand on est tendu, les muscles restent trop contractés. Ces contractions permanentes sont comme autant de freins qui empêchent le mouvement de la respiration de se faire normalement et l’on se sent oppressé.

Alors, les sensations qui proviennent de nos cellules asphyxiées et douloureuses redoublent notre état de tension.

Parce qu’elle nous apporte une surabondance d’oxygène, la respiration profonde yogique fait cesser ce processus auto-aggravant et nous ré-installe dans un état intérieur de détente puis de joie. Savoir respirer profondément nous aide à progresser dans notre vie émotionnelle.

3. La vie, tout simplement

L’usage normal de nos muscles respirateurs les raccourcit.

En effet,, après avoir travaillé, un muscle a tendance à rester contracté. C’est ce qui fait que l’ensemble du corps s’enraidit avec les années si on ne fait pas régulièrement des étirements.

C’est encore plus vrai pour les muscles de la respiration car ils travaillent sans cesse, même la nuit.

Un muscle tendu, contracté, est raccourci. Il peut constituer un frein qui arrête ou réduit la vague respiratoire.

Quand il est crispé, un muscle de l’expiration gêne l’inspiration, un muscle de l’inspiration (par exemple le diaphragme) gêne l’expiration.

Tout muscle fixé sur les côtes, le sternum, les vertèbres ou l’un des os du bassin, s’il est tendu, réduit la respiration en diminuant le mouvement de ces os.

Étirons régulièrement les muscles de la respiration afin de ne pas laisser notre capacité respiratoire s’amenuiser. C’est encore plus nécessaire si l’on utilise beaucoup ses muscles de la respiration, par exemple en faisant du sport ou si l’on est chanteur.

Faire un stage de yoga, c’est prendre un temps pour maintenir sa souplesse respiratoire, pour l’améliorer et peut-être même se donner une respiration profonde et facile, inconnue jusque là.

Page suivante et Menus

Comments are closed.