Vous êtes ici / Méditer / La question de l’égo / S’enfouir dans le murmure des sensations

S’enfouir dans le murmure des sensations

Le Moi peut avoir à accepter de quitter les clartés d’un intellect pur pour s’enfoncer dans le domaine des sensations.
Il devra peut-être passer par une période d’obscurité. Malhabile, novice, il doit tout apprendre, car la capacité de ressentir et d’habiter son corps n’est pas un don. Elle se construit.
Il est comme une personne qui était en plein soleil et qui entre dans une cave. Dans un premier temps, elle est incapable de voir quoi que ce soit. Mais si elle accepte de demeurer dans cette obscurité, elle observera comment peu à peu ses yeux vont s’adapter et retrouver la capacité de voir.

Il s’agit de plonger dans le foisonnement des sensations et de se mettre à l’écoute de leur murmure.
Il s’agit de s’ouvrir à la nature en notre corps, qui sans cesse nous porte et nous régénère, ainsi qu’elle le fait pour tout être vivant.
Adhérer aux forces organiques qui nous animent en habitant le ventre et le bassin libère le centre vital et permet à l’énergie d’irriguer tout l’organisme et de rayonner au delà des limites de la peau : les yeux brillent, la peau est colorée, les extrémités sont chaudes.
Irradiant à partir du bassin, elle est comme une grâce et en même temps elle donne un sentiment d’aplomb et de puissance.

Les chinois appellent cette énergie, le C’hi, les japonais, le Ki ou énergie universelle. En effet, il semble qu’elle nous soit donnée. Pourquoi ? Parce qu’elle n’est pas produite par le Moi.

« Nous devons apprendre à l’accueillir et non à la « faire ». Lorsque nous réussissons à la recevoir, nous pouvons réaliser sans effort bien des actions dont, sans elle, nous serions incapables. »

K.G. Dürckheim
L’homme et sa double origine,
Editions Albin-Michel.

« L’être humain, comme tout être vivant, ne porte pas ses racines en lui-même. Il est nourri et porté par la Grande Nature. En lui, le centre vital témoigne de cet ordre. »

K.G. Dürckheim
Hara, Centre vital de l’homme
Editions Le Courrier du Livre.

« Il a le sentiment d’être soutenu par une force qui dépasse ses propres limites et grâce à laquelle il « est là » plus que jamais, fondu dans un ensemble plus vaste et pourtant en même temps particulièrement recueilli en lui-même. »

K.G. Dürckheim
Méditer, pourquoi et comment ?
Editions Le Courrier du Livre.

 

Page suivante et Menus

Comments are closed.