Vous êtes ici / Méditer / La posture comme façon d’être / Le corps que l’on est

Il s’agit du corps que l’on est, à la différence du corps que l’on a.

C’est le corps… « dans lequel je suis ici comme personne dans le monde, par lequel je suis perçu par les autres et par lequel je les perçois ».
L’exercice ne porte pas sur la musculature mais sur le corps que l’on est, le corps dans lequel le Moi égocentrique s’exprime.
« Nous devons apprendre à nous lâcher nous-même en tant que personne et non seulement en tant que corps ». « Laisser tomber les épaules » et « se laisser aller dans les épaules » sont deux attitudes fondamentalement différentes.
La tension musculaire peut se comprendre comme « l’expression de l’embarras du Moi engagé dans l’existence »
Par l’imaginaire ressenti, je me transforme dans mes fibres toniques. Elles sont les fibres du maintien postural et de la mise en corps de l’émotion. Elles sont commandées, en dernier ressort, par l’inconscient.

Comments are closed.