Vous êtes ici / Le Dos / La souplesse entre les vertèbres

Conserver ou retrouver la souplesse entre les vertèbres

Notre colonne vertébrale est formée de 33 vertèbres.
Notre précieuse moelle épinière y est logée et protégée. Issus de la moelle épinière, les nerfs sortent de la colonne vertébrale pour aller commander les organes et muscles dans tout le corps et faire remonter les informations vers les centres nerveux.

Pour un nerf, la sortie de la colonne vertébrale est un passage à haut risque : le nerf se glisse entre deux vertèbres par un trou (dit de « conjugaison »). Il arrive qu’il s’y fasse comprimer.

Même légère, la compression d’un nerf peut faire apparaître des douleurs et des perturbations dans le territoire qu’il innerve.

Par exemple, la compression d’un nerf qui sort

  • au niveau cervical peut créer des tensions légères ou fortes dans les muscles ou dans l’articulation de l’épaule ou dans le bras jusqu’à la main (névralgie cervico-brachiale).
  • au niveau dorsal peut perturber le cœur ou le diaphragme,  l’estomac ou les intestins.
  • au niveau lombaire peut créer une douleur dans la fesse, la cuisse, la jambe jusqu’au pied : cruralgie, sciatique.

Dans le fascicule « Colonne vertébrale, santé et énergie »,  j’indique exactement de quel étage vertébral dépend chaque organe ou partie du corps.

Or, les jonctions entre les vertèbres par où passent ces nerfs peuvent s’enraidir et même se souder. Cette soudure est l’aboutissement d’un long processus : l’arthrose. Elle s’observe le plus souvent au niveau lombaire ou entre 2 vertèbres cervicales.

Dans l’arthrose, la souffrance articulaire crée une production osseuse anarchique. Selon sa localisation, elle peut comprimer un nerf.

L’arthrose est rendue possible par la crispation des muscles courts qui vont d’une vertèbre à la suivante puisque cette crispation diminue puis supprime le mouvement entre ces deux vertèbres.

L’arthrose met de nombreuses années à souder les vertèbres. Cela nous laisse le temps de l’arrêter ou de la ralentir.

Quand certains étages vertébraux s’enraidissent, la colonne vertébrale devient une succession de zones raides et de zones souples.

Alors, spontanément, nous prenons l’habitude de nous mouvoir en n’utilisant que les zones souples qui finissent par être surmenées et peuvent devenir douloureuses.

Nos exercices ne doivent pas reproduire, confirmer et aggraver ces dysfonctionnements.

Page suivante et Menus

Comments are closed.